bommerang6

 Des erreurs ont été commises dans le traitement du projet de réaménagement des boulevards du Centre, face à la fronde des commerçants durement touchés, la majorité le reconnaît : manque de concertation, communication chaotique, projet mal étudié et mal argumenté, manque flagrant de propositions pour soutenir le commerce du centre ville.

Ecolo –Groen a, depuis le départ de ce projet, mis en garde sur la mauvaise gouvernance par le Collège PS/Spa/MR/Open-VLd de la Ville et a, dès le début, fait des propositions.

Ecolo-Groen prend acte de cette situation aggravée par le « lockdown », les attentats de Bruxelles, la fermeture des métros, la mauvaise image de Bruxelles à l’étranger et la baisse des touristes et visiteurs.

Pour Liesbet Temmerman, conseillère communale « il s’agit avant tout de changer le type de gouvernance « bottom down » et fortement improvisé,  par la mise en place d’un «  panel citoyen » qui accompagne la mise en œuvre du projet de réaménagement. »

Pour Bart Dhont « il faut aussi rappeler les  implications en matière de qualité de la vie et de qualité de l’air qui sont les retombées positives d’un « mobility-shift » pour le Pentagone. »

Pour Marie Nagy, «  les travaux prévus ne peuvent être encore retardés, des panneaux explicatifs doivent être installés in situ et des solutions temporaires trouvées pour améliorer la qualité de l’espace public ».

L’attractivité d’une ville du XXIème siècle ne peut se résumer à son accessibilité automobile. Il faut travailler sur la qualité de l’espace public (stations  de tram et métro comprises), de l’offre commerciale, de la propreté, de la qualité de l’air, des nuisances sonores etc. pour faire de Bruxelles une ville apaisée tant pour ses usagers que pour ses habitants.

Le tout, évidemment (véritablement) co-construit avec les acteurs de la ville.

Pour les élus bruxellois les mesures urgentes à prendre sont les suivantes :

  • mise en place d’un panel citoyen pour accompagner le projet, qui associé habitants, commerçants , Comeos, associations environnementales, cyclistes etc.
  • augmentation de l’offre de transport public dans et vers le centre
  • amélioration de la signalisation des parkings publics et  tarification sur base réelle et non plus sur l’heure entamée
  • adoption d’un plan d’urgence pour le commerce en accord avec le secteur avec notamment une réduction des taxes  durant cette période de crise.
  • création d’un « pack-bienvenue » de la Ville avec des tarifs favorables, pour les touristes et visiteurs, pour les spectacles, les restaurants, les commerces et les lieux culturels
  • le Siamu social doit être chargé d’une mission spécifique du suivi des SDF qui se trouvent sur le piétonnier.

Pour Marie Nagy cheffe de groupe, « il faut maintenant sortir par le « haut » et trouver des solutions aux différents problèmes posés. La remise en question du projet du collège et la reconnaissance des erreurs commises, ne doit pas se traduire par un retour en arrière sur un pas dans la bon direction pour réduire l’impact de la circulation au centre ville, mais au contraire doit réaliser les objectifs que la Cop21 a donné : améliorer la qualité de vie, promouvoir la mobilité multimodale, accroître l’attractivité de Bruxelles pour ses habitants, visiteurs et pour les secteurs économiques.»

Marie Nagy 0475/317 107, Cheffe de groupe Ecolo-Groen
Bart Dhondt 0484/402 690, Conseiller communal
Liesbet Temmerman 0478/416 603, Conseillère communale

Share This